Aller au menu Aller au contenu
Ecole de référence pour la formation d'ingénieurs en génie industriel

> avancees_scientifiques

Coordination de chaînes logistiques intégrant des flux inverses

Mis à jour le 5 novembre 2010
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

... ou comment gérer les retours de produits

La logistique inverse occupe une place de plus en plus importante dans notre société. Les clients peuvent retourner des produits pour des raisons diverses. Certains retours ont lieu immédiatement après l'acte d'achat. Ces retours sont particulièrement fréquents lorsqu'il n'est pas possible de toucher ou d'essayer le produit, notamment dans le cadre de la vente en ligne ou par correspondance. Les taux de retour sont ainsi estimés à 30 % dans le commerce électronique. D'autres retours ont lieu à la fin du cycle de vie du produit. De nombreuses entreprises reprennent des produits usagers et les recyclent. Leurs motivations peuvent être économiques (par exemple Kodak ou Xerox) ou encore marketing (consommateurs écologistes). Néanmoins, la principale raison de la forte croissance des activités de recyclage et de remanufacturing est d'ordre légal. En effet, de plus en plus de législations sont mises en place, obligeant les industriels à assurer le recyclage de leurs produits. Vers de nouvelles questions de recherche Llogistique inverseEn termes logistiques, cette évolution sociétale donne lieu  à un flux grandissant de produits du consommateur au producteur. On appelle communément logistique inverse la gestion de ces flux inverses qui s'opposent aux flux traditionnels, du producteur au consommateur. Quelles qu'en soient les raisons, les retours de produits introduisent des flux inverses (du consommateur au producteur) et aléatoires dans les chaînes logistiques. Ces flux inverses, en s'ajoutant au flux de production initial, perturbent et compliquent la gestion classique des stocks et de la production. Le manager doit impérativement intégrer ces flux dans ses modes de gestion afin d'éviter des stocks en excès. Par ailleurs, il doit arbitrer entre plusieurs alternatives concernant le produit retourné : réutilisation directe, réutilisation après réparation, utilisation différente de celle originelle, mise au rebut. L'objectif de nos recherches est de proposer des méthodes de pilotage des chaînes logistiques qui soient efficaces et qui intègrent les contraintes liées aux flux inverses. Caractérisation de politique optimale Deux thèses, l'une soutenue (Hichem Zerhouni), l'autre en cours (Samuel Vercraene), encadrées par Yannick Frein et Jean-Philippe Gayon ont mené aux résultats suivants. Nous nous sommes d'abord intéressés à un système à un étage avec des retours de produits non corrélés à la demande pour lequel nous avons entièrement caractérisé la politique optimale de gestion des stocks. La politique optimale consiste en une simple politique à seuil où l'on décide de produire uniquement si le stock est inférieur à ce seuil. Néanmoins, le niveau de stock peut dépasser ce seuil, en raison des retours. Les gains liés à la prise en compte des retours dans nos modèles sont non négligeables, même pour des flux de retour de faible importance. Nous avons ensuite étudié l'influence de la corrélation entre les demandes et les retours sur la gestion des stocks. Une bonne prise en compte de cette corrélation peut conduire à des gains importants, dans certains contextes industriels, notamment lorsque les délais de retour sont faibles. Pour les modèles cités précédemment, nous acceptions systématiquement les retours. Dans un autre modèle, nous avons ajouté un contrôle consistant à accepter ou à rejeter les retours. La politique optimale se révèle être une politique simple avec deux seuils, l'un pour la production classique, l'autre pour l'acceptation des retours. Leur positionnement relatif dépend des coûts de production et des coûts liés à l'acceptation d'un retour. Nous avons aussi étendu nos résultats à des systèmes à deux étages et étudié comment utiliser une information imparfaite sur les retours. Enfin, actuellement, nous travaillons sur la coordination de la production et du remanufacturing. Contact : Jean-Philippe Gayon Publications
  • J. P. Gayon, "A make-to-stock queue with product returns", INCOM, 2006.
  • H. Zerhouni, J. P. Gayon and Y. Frein. "Influence of product return lead-time on inventory control", IESM, 2009
  • H. Zerhouni, J. P. Gayon and Y. Frein. "Control of a production-inventory system with product returns dependent on customer demand", ILS, 2008
  • S. Vercraene, J. P Gayon, Z. Jemai., "Control of a two-stage production/inventory system with products returns", LSS IFAC, 2010
  • H. Zerhouni, S. D. Flapper, J. P. Gayon. "Control of a production-inventory system with imperfect advance return information" MSOM conference, 2009
  • H. Zerhouni, J. P. Gayon and Y. Frein, "Admission control of product returns in a reverse logistic context", CIRP, 2009

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Helene Deschamps

mise à jour le 5 novembre 2010

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes