Aller au menu Aller au contenu
Optimiser les performances industrielles
Ecole de référence pour la formation d'ingénieurs en génie industriel
Optimiser les performances industrielles

> L'école

Cercle : la boucle est bouclée

Publié le 3 mars 2008
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Il fallait un gagnant et un perdant. Jérémy Beuzeron a coiffé sur le poteau son homologue qui ne manquait pourtant pas de ressources. Les deux listes ont prouvé qu'elles avaient toutes deux des idées, de la volonté, une bonne dose de motivation et des forces vives décidées à se surpasser. Le vainqueur de cette campagne pour le renouvellement du Cercle de l'école a accepté de répondre à nos questions.

imagePourquoi vous êtes vous engagé dans cette élection ?
Jérémy Beuveron : Pour laisser une trace dans l'école et participer aux activités. C'est un engagement fort.

A votre avis, qu'est ce qui a fait la différence ?
JB : Je pense que notre organisation était un peu plus huilée. Nos effectifs dépassaient les leurs. Même si la motivation était forte à JumanGI, la quantité, c'est essentiel. La spécificité des VirGIn Tonic a été son excellente répartition des tâches. Chacun avait une mission bien précise, ce qui évite les hésitations, limites les problèmes et du coup les mécontentements.

Que pensez vous de la campagne des JumanGI?
JB : Je leur tire mon chapeau car ils n'ont pas lésiné sur la qualité. D'autant qu'ils ont organisé des événements importants, qui dépassaient les limites de l'élection pour le Cercle et qui ont nécessité beaucoup de moyens et d'énergie. Il semblerait, selon ce qui m'a été rapporté, qu'ils aient été moins présents à GI.

Coût de l'opération séduction ?
JB : Près de 7 000 euros pour une semaine d'activités non stop. Nous avons bénéficié de l'aide de la Société Générale (50 % du budget), nos équipes se sont succédé à Grand Place, à la Maison du Monde pou récolter des fonds, notre calendrier a fait un tabac (400 exemplaires vendus !). Je dirai que la première activité à Grand Place a soudé les troupes.

Comptez-vous jouer l'ouverture avec la liste JumanGI ?
JB : Nous pensions le faire pour les gens les plus motivés. Or, il serait plus judicieux de placer certains, comme Xavier et Brice, au sein du Grand Cercle de Grenoble INP. Il nous faut des gens au Grand Cercle pour faire entendre la voix de GI.

Allez vous vous inscrire dans la continuité du Cercle précédent ?
JB : Tout à fait. Ils vont tout nous expliquer, de A à Z, lors de la soirée et du week-end de passation de pouvoir. Les idées ne manquent pas, elles restent à préciser cependant. Les activités principales ne devraient pas subir de gros changements à l'image de l'organisation de l'intégration du mois de septembre. Nous allons réfléchir à des actions qui s'inscrivent dans la refonte des écoles.

Votre meilleur souvenir de campagne ?
JB : Toutes les activités dans le hall même si la soirée de mercredi soir fut mémorable. Les petits déj' le matin, les contacts entre les listes adverses avec lesquelles nous avons passé beaucoup de temps à bavarder, à jouer. De bons instants de rigolades, parfois sans raison à cause de la fatigue ! En fait, c'est tout le vécu dans le hall d'entrée pendant 5 jours...

Et la fatigue ?
JB : 3 heures de sommeil par nuit, c'est limite mais ça a un côté euphorisant.

Le pire souvenir ?
JB : L'attente des résultats !

Un message aux élèves de GI ?
JB : Nous allons poursuivre le travail commencé par les DraGIbus.

Votre première action de communication ?
JB : Relancer le site Internet du Cercle. Le mettre à jour régulièrement et en faire un outil utile pour tous les élèves.


Mais qui est vraiment Jérémy Beuzeron ?
Natif de Toulon (Var), Jérémy cultive ses origines espagnoles et en est fier. Il est le benjamin d'une fratrie dans laquelle il a trouvé sa place. Son frère est marin pêcheur et sa sœur préparatrice en pharmacie. Jérémy a suivi une prépa à Toulon et intégré GI en raison de sa devise « Concevoir et organiser ». A la simple évocation de cette époque, il déclare à la cantonade « J'ai immédiatement flashé sur l'école. Ce qui m'a plu c'est l'aspect management, logistique et tous les aspects gestion de production et de stock. La puissance du groupe Grenoble INP et ses nombreuses relations avec les industriels de la région. Ici nous vivons l'entreprise sous toutes ses facettes, apprenons à devenir polyvalent. L'école est tournée vers le monde de l'entreprise et les enseignements sont très concrets et professionnels. La compétence des enseignants est reconnue, leurs cours complémentaires. Ce que j'admire chez eux (les professeurs), c'est leur capacité à communiquer entre eux. »

Quels sont ses favoris ?
Sports : football et rugby
Clubs : l'OM et le RCT
Lieu à Grenoble : ce qui fut le QG de son équipe de campagne, la Résidence Luis Weil
Film : Fight Club
Livre : l'Etranger (Camus)
Musique/groupe : The Police (il ira les applaudir au vélodrome à Marseille en juin)
Plat : la paëlla de son père
Pays : Nouvelle Zélande (pour l'esprit guerrier, ne jamais renoncer)
Rêve : aucun
Alcool : tous sauf le Whisky (avec une préférence pour le rouge de Bandol)
Enfin son plus gros défaut : parfois de mauvaise foi
Une qualité ? réfléchi.
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 4 mars 2008

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes