Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Répondre aux défis scientifiques de demain
Ecole de référence pour la formation d'ingénieurs en génie industriel
Répondre aux défis scientifiques de demain

L'innovation frugale

Mis à jour le 24 février 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Depuis le début des années 2000, de multiples initiatives visant à proposer des produits et services adaptés aux populations pauvres des pays en voie de développement sont portées par divers acteurs, notamment des investisseurs privés tels que des firmes multinationales (MNC) et des fondations.

Le concept de marchés « Bottom of the Pyramide » (Prahalad, 2010), repose sur l’hypothèse d’un pari gagnant-gagnant conjuguant la recherche de profit et d’innovation responsable des multinationales au potentiel de consommation et d’entrepreneuriat des pauvres des pays en développement. L’incertitude de ces marchés ouvre un champ d’innovation qui concerne non seulement la définition des produits, mais également le déploiement des filières, les circuits économiques ou encore les montages organisationnels et financiers.

Les chemins d’innovation à destination des pays du Sud, et en particulier des populations les plus marginalisées, sont semés d’embûches : barrières du pouvoir d’achat et faiblesse des infrastructures, mais également difficulté à standardiser les offres, organiser les réseaux de distribution, industrialiser les solutions ou encore à construire un espace de négociation avec les divers pouvoirs locaux.
Des concepts tels que « frugal engineering », ou « sustainable innovation » érigent en modèle des démarches d’innovation basées sur un usage tout à la fois modéré, économique et subtil des ressources tant humaines que matérielles. S’ils ne se recouvrent pas totalement selon les marchés ciblés et les orientations politiques, ils ont en commun de privilégier une entrée par des produits et services porteurs d’assemblages inédits en termes de technologies (combinaison entre haute technologie et technologies locales) et d’organisation des marchés (liens entre filières industrielles et marchés locaux).
 

Appuyé sur une équipe pluridisciplinaire associant des chercheurs de PACTE et de G-SCOP, ce programme de recherche vise à suivre ces processus innovants, à en identifier les effets tant sur le plan de l’évolution des économies locales que sur celui des potentiels de transformation des référentiels de conception. Il ouvre en particulier les questions suivantes :

  • Nouveaux paradigmes de conception ? : Y-a-t-il une spécificité des approches de conception à destination des populations pauvres des pays du Sud ? Les R&D locales ont-elles une « avance » cognitive en la matière ? Quels enseignements pour l’évolution des pratiques de conception dans les R&D occidentales (« reverse engineering ») ?

  • L’interface avec les marchés locaux : comment raisonner l’accès à des marchés locaux basés sur des économies informelles dont les formes d’organisation sont complexes et hétérogènes ? - Quels effets sur des innovations sur ces économies informelles ? Comment intégrer le potentiel local de re-conception, de re-manifacturing et de recyclage en amont de la conception ?

  • La réplicabilité des expérimentations : Comment concilier adaptation aux spécificités locales et production industrielle de masse ?

  • La gouvernance des innovations : quelles relations entre ce champ d’innovation et les acteurs traditionnels en charge du développement (gouvernement locaux, OI, banque mondiale) ? Quelle est la place de l’entreprise multinationale dans cet assemblage d’acteurs complexe. Quels montages et partenariats ? Quel mode de pilotage ?



Exemples de projets :



1 ) Cycle de vie frugal pour une énergie durable en pays en développement
 
La diffusion massive de multiples équipements électriques et électroniques (téléphones portables, kits solaires, solar home systems) auprès des populations pauvres des pays des Suds est porteuse d’enjeux majeurs (économiques, sociaux et environnementaux) au regard de la fin de vie des équipements de stockage mobile d’énergie auxquels ils sont associés.

Des batteries de différentes technologies (lithium Ion, nickel-hydrure métallique, plomb-acide) inondent les marchés et les conditions locales –souvent informelles- de leur re-manufacturing ou de leur recyclage sont précaires. Inscrit dans les approches d’ingénierie frugale, l’objectif de ce PEPS est de développer un travail collaboratif exploratoire entre chercheurs SPI et SHS pour concevoir, en partenariat avec des acteurs de terrain (R&D et ONG), une approche d’éco-design des batteries qui intègre et soutienne de manière durable les potentiels de re-manufacturing et de recyclage local.

En croisant connaissances ethnographiques et éco-technologiques, il s’agit d’élaborer la notion de « cycle de vie frugal » qui tienne compte des spécificités des pays en développement et permette d’enrichir le concept de « design for sustainability ».


2 ) Services d’applications mobiles pour soutenir l’économie informelle
 
La diffusion du mobile en Afrique a été extrêmement rapide au cours des dernières années, si bien que le taux de pénétration y atteint 63% en 2013. L’existence de cette infrastructure rend possible le déploiement de services visant à améliorer de nombreux secteurs de la vie sociale, en particulier les marchés de petits producteurs, à travers une meilleure circulation de l’information et une meilleure coordination des acteurs.

La construction de telles « technologies de marché » s’inscrit dans une perspective d’aide au développement, réunissant ONG, acteurs publics et privés, fondée sur l’amélioration des capacités des plus pauvres : des systèmes d’information sur les prix, ou des places de marché, doivent permettre d’accroître l’efficacité économique des producteurs pauvres sur les marchés locaux.

A partir d'une analyse ethnographique et comparative dans différents pays d'Afrique, la recherche s’intéresse à la façon dont ces technologies de marché se déploient et reconfigurent effectivement les marchés locaux. Il s’inscrit dans une perspective de sociologie et d’anthropologie économique, attentive à la façon dont s’agencent les dispositifs, dont ils enrôlent et équipent les acteurs, et redistribuent les capacités des acteurs.

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Benoit Serraillier

mise à jour le 24 février 2014

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus