Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Participer : Assos, sport, culture
Ecole de référence pour la formation d'ingénieurs en génie industriel
Participer : Assos, sport, culture

Fanny Zambon, cycliste de haut niveau et élève ingénieure

Publié le 2 mai 2017
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Fanny Zambon est en première année à Génie industriel et pratique le cyclisme à haut niveau. Elle bénéficie du statut de Sportif de Haut Niveau (SHN) et est soutenue par la Fondation Grenoble INP, ce qui lui permet de mener à bien son double projet sport-études. Nous lui avons posé quelques questions.


Peux-tu te présenter ?

Je m'appelle Fanny Zambon, j’ai 20 ans et je suis originaire de Cluses en Haute-Savoie. Je pratique le cyclisme sur route et sur piste. Ce sport a toujours fait partie de ma vie, je l’ai commencé en club à l’âge de 5 ans et ma pratique s'est intensifiée avec les années. Je cours pour l'équipe féminine Auvergne Rhône-Alpes et je prends également part depuis 2013 à des compétitions en équipe de France.

Côté scolaire, après mon bac S, je voulais faire des études d'ingénieur. J'ai donc intégré la prépa des INP de Grenoble, en suivant le cursus en trois ans au lieu de deux grâce au statut de sportif de haut niveau mis en place par l'école. Je suis désormais en première année à Grenoble INP – Génie industriel.

Depuis l'année dernière et jusqu'à la fin de ma scolarité, je suis boursière de la Fondation Grenoble INP qui me soutient dans ce double-projet.


Que t’apporte le statut de Sportif de Haut Niveau ? Comment aide-t-il ton double projet sportif et universitaire ?
Depuis plus de quatre ans, ce statut m’offre tous les aménagements dont j’ai besoin pour poursuivre le sport de haut niveau en parallèle de mes études.

Je dédouble actuellement ma première année à Génie industriel, ce qui me libère environ 4 demi-journées par semaine pour m’entraîner.

J’ai également la possibilité de m’absenter pour des compétitions ou des stages et de bénéficier de cours de soutien en cas de difficultés à mon retour. Tout le monde se montre très disponible pour essayer de comprendre les problématiques des étudiants SHN et de nous aider, que ce soit les enseignants qui doivent parfois refaire un sujet d’examen ou les élèves avec qui on est en groupe de projet et qui doivent souvent s’adapter à nos horaires. En parallèle de cela nous avons également accès gratuitement à un centre sur le campus qui propose du sauna, ou des massages de récupération.


Reçois-tu d'autres aides ?

Je suis soutenue par la Fondation Grenoble INP, qui accompagne une dizaine d’élèves de Grenoble INP poursuivant un projet sportif en parallèle de leurs études.

La Fondation m’accorde une bourse qui me permet d’acheter du matériel pour mon vélo et de financer mes déplacements sur les compétitions. C’est un réel soutien financier car le cyclisme est un sport qui coûte cher et où les sponsors sont rares, surtout dans le milieu féminin. La Fondation est aussi une aide dans la construction de mon projet professionnel et personnel puisque cela me permet de partager mon expérience avec d’autres sportifs de Grenoble INP. Nous avons également l'opportunité de participer à différents événements avec la Fondation, comme par exemple la Maker Faire Grenoble en mars dernier, qui est un salon dédié à la technique et à la créativité.

En plus des aménagements mis en place par Grenoble INP, ce partenariat avec la Fondation montre qu’il y a une réelle volonté de nous voir réussir sur les deux tableaux.


A quelle fréquence t’entraînes-tu ? Quelle discipline préfères-tu ?
Je m'entraîne 5 jours sur 6 puis il y a une compétition, en général le dimanche. J'ai un entraîneur qui me donne un planning, je roule ensuite 70% du temps toute seule car il n'est pas toujours facile de s'adapter à un groupe quand on a des horaires de cours à respecter. Les entraînements sont très variés, ils peuvent durer de 1h30 avec des exercices spécifiques jusqu’à 4h pour une sortie d'endurance.

Je me spécialise surtout sur la route, une discipline qui se compose de courses en peloton d’environ 100 km et de contre-la-montre (épreuve individuelle chronométrée sur 20 km). J’aime mieux être en extérieur, car sur piste les entraînements sont plus monotones.


Même si le statut de sportif de haut niveau est là pour te faciliter la conciliation de tes activités, n’est-ce pas parfois difficile ?
C’est sûr que cela demande du travail, avec les deux activités en parallèle il n’y a pas souvent de jours de repos ou de week-end. Quand on ne fait pas l’un, on en profite pour avancer l’autre. Il y a des périodes de doute mais le tout est de ne pas perdre de vue ses objectifs scolaires et sportifs.

Le plus dur à mon avis c’est de revenir après une longue période de déplacement pour des compétitions. On est souvent un peu fatigué et on se sent perdu car toutes les matières ont avancé pendant notre absence. Il faut alors se replonger dans les cours et continuer à s’entraîner malgré tout.

Malgré ces quelques difficultés, cela fait quatre ans que je suis dans ce cursus aménagé à Grenoble INP et je trouve ça incroyable d’avoir pu faire autant de sport tout en menant des études. Les aménagements et le soutien que nous recevons sont excellents, ce n’est pas le cas dans tous les parcours de formation.


Quels sont tes objectifs, concernant le cyclisme et ta future carrière d’ingénieur ?

Je veux partir en filière Ingénierie de la Chaîne Logistique (ICL) en 2ème année. Je suis particulièrement intéressée par la partie gestion de production et bien sûr, j’aimerais un jour pouvoir intégrer une entreprise en lien avec le sport, tel qu'un fabricant de matériel sportif.
Pour le cyclisme, j’aimerais à court terme revivre des médailles en championnats de France et continuer mon expérience au niveau international.


Pour finir, je tiens vraiment à remercier tous les enseignants, les personnels encadrants et la Fondation Grenoble INP qui rendent le statut possible et nous permettent de croire en notre double projet.


Pour en savoir plus sur l'aide accordée par la Fondation Grenoble INP : la page consacrée à Fanny sur le site de la Fondation.
 


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Pauline Mouton

mise à jour le 2 mai 2017

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus