Aller au menu Aller au contenu
Optimiser les performances industrielles
Ecole de référence pour la formation d'ingénieurs en génie industriel
Optimiser les performances industrielles

> L'école

Quentin Villecourt revient sur le 4 L Trophy

Découvrir un pays qu'il ne connaissait pas, goûter au dépaysement, participer à un rallye à but humanitaire, trouver des sponsors, monter et financer un projet collectif de A à Z...et pouvoir s'appuyer sur une organisation compétente. Voici, un résumé des motivations de Quentin Villecourt, copilote de Matthieu Blain (équipage 422) au 4 L Trophy 2008.


imagePeu importe le classement, c'est d'abord la beauté du Maghreb et le goût pour l'aventure qui l'ont attiré dans cette formidable aventure humaine. A bord de sa 4 L sortie de l'usine en 1983, négociée 450 euros et qui a terminé la course (un miracle ?) en affichant 271 000 km au compteur, il fallait vraiment y croire. Quentin observe ce véhicule suranné avec nostalgie. Il hésite entre la conserver un temps ou la vendre avec tous ses accessoires (pneus neige, kit sécurité ect). Evidemment, après une telle procession dans le désert, la 4 L a pris de la valeur... sentimentale.image Imaginait-il un instant, avant le départ, ne serait-ce que fouler l'aire d'arrivée à Marrakech ? Les petites retouches mécaniques, effectuées peu avant le départ par les élèves du lycée Guynemer, l'avaient rendu nerveux. La mécanique auto, tout un monde ! Une bonne étoile les a visiblement protégé durant leur périple dans les dunes. Pas d'avaries sinon la pédale d'accélérateur bloquée à 110 km/h. Petite frayeur... Quentin a eu le bon réflexe en demandant à Matthieu de couper le contact.

imageSon but est atteint : mener à bien sa mission d'acheminement de 50 kg de fournitures scolaires pour des enfants déshérités du Haut et Moyen Atlas, dont l'accès à l'école est gratuit à condition d'avoir leurs propres matériels scolaires. L'essentiel est dans le geste. Contribuer à une œuvre généreuse, cela s'appelle l'intelligence du cœur. Faire un chrono paraît superflu. Bien sûr, ses qualités d'orienteur étaient les bienvenues dans cette course. A deux reprises, notre équipage 422 s'est fié à son instinct pour rallier au plus vite le prochain bivouac. Cela a fonctionné. Car on peut facilement s'égarer dans le désert. Aussi, les 20 litres d'essence stockés dans le coffre ne seraient pas d'un grand secours si la 4 L GI venait à trop s'éloigner...image

mise à jour le 25 juin 2009

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes